• Une production d’énergie renouvelable décentralisée et citoyenne

• Viser l’excellence en matière d’efficacité énergétique (maîtrise des consommations)

• Rénovation ciblée des bâtiments publics énergivores

La province de Luxembourg possède tous les atouts pour opérer une transition énergétique complète d’ici 2050, à savoir se passer des énergies fossiles et atteindre la neutralité des émissions de gaz à effet de serre. Une démarche volontariste, impliquant l’ensemble des acteurs du territoire est nécessaire. Elle consiste d’abord à réduire les besoins en énergie par la sobriété dans les usages individuels et collectifs. L’efficacité permettra ensuite de diminuer la quantité d’énergie nécessaire à la satisfaction des besoins de chacun. Enfin, le recours aux énergies renouvelables permettra de remplacer progressivement les énergies fossiles et nucléaires. ECOLO défend une vision positive de l’avenir et veut mobiliser les citoyens luxembourgeois autour d’un grand projet fédérateur: faire de la province un territoire à énergies positives.

Sobriété et efficacité énergétique

La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. Viser l’efficacité énergétique dans le transport, le logement, l’industrie, ou l’agriculture… est le moyen le moins coûteux et le plus rapide pour atteindre les objectifs climatiques et environnementaux. Il importe dès lors d’adopter dans nos communes et notre province les bons réflexes:

• rénover et construire en visant une haute performance énergétique (proche du standard passif);

• rendre possible un transfert modal de la voiture vers la mobilité douce et les transports en commun;

• rationaliser la demande de transport par le télétravail, le covoiturage;

• remettre en place une filière agricole durable, basée sur la vente de produits de base et transformés en circuits courts;

Aménagement du territoire : éviter l’étalement

La transition énergétique d’un territoire est forcément en lien avec les aspects d’aménagement du territoire.

Deux grands principes doivent conduire l’action publique:

1. L’usage parcimonieux du sol Les terres agricoles, boisées ou d’intérêt paysager ne doivent être affectées à un usage économique (secondaire ou tertiaire) qu’avec la plus grande parcimonie. Une remise à plat des Zones d’Activité Économiques dans la Province est nécessaire, elles sont souvent excentrées et concurrentes entre elles. Un audit de ces zones, de la concurrence qu’elles génèrent parfois entre elles et de leur degré de durabilité est nécessaire. L’intercommunale IDELUX doit rester raisonnable dans sa constitution de réserves de terrains et mieux intégrer les aspects de mobilité douce et du développement durable.

2. La meilleure localisation possible La pluri-communalité permet de limiter le nombre de zones d’activité et de les localiser plus judicieusement (notamment pour protéger d’autres activités économiques comme le tourisme ou l’agriculture), tout en mutualisant les coûts et en répartissant les bénéfices entre plusieurs communes.
Énergies renouvelables

Les énergies renouvelables dans leur diversité et donc leur complémentarité feront partie du mix énergétique vertueux. De plus, un développement décentralisé d’unités de production renouvelable permet d’être moins dépendant d’une seule source, donc plus résilient et plus stable. ECOLO Luxembourg plaide pour une ré-appropriation par les citoyens en leur permettant d’investir dans les projets locaux d’énergie renouvelable (via des coopératives citoyennes ou du financement participatif). Les communes sont aussi appelées à investir dans cette économie d’avenir avec la population.

L’énergie éolienne

ECOLO ne veut pas d’un développement anarchique de la production éolienne et le dialogue entre les développeurs éoliens et les riverains est primordial. Il faut cependant prendre conscience du potentiel sous-exploité de l’éolien dans notre province par rapport au reste de la Wallonie.

Concrètement au niveau de la province

• Rénover les bâtiments provinciaux en visant une haute performance énergétique

• Mettre en place une politique de covoiturage au sein des pouvoirs publics locaux, abandonner les voitures de société thermiques pour les Députés

• Accompagner les communes dans le cadre de la Convention des Maires

• Publier les données relatives aux bâtiments de la Province (en données ouvertes)

• Lancer un projet pilote de voitures partagées en milieu rural

Le photovoltaïque

Là aussi, un potentiel important existe sur le territoire provincial. L’étude du Bilan Energétique de la Province réalisé en 2016 dans la perspective PepsLux estime que la surface actuelle en photovoltaïque représente 0,013% du territoire et 9,2% des toitures potentielles.

Bois-énergie et agrocombustibles

La Province, riche de ses forêts et son tissu agricole, est particulièrement bien placée pour développer des filières durables en bois-énergie (bûches, pellets, sciure, copeaux…) et en agrocombustibles (Miscanthus, …)

Bio-méthanisation

Chaque fois que c’est possible, la bio-méthanisation (transformation de la matière organique, comme des déchets agricoles) doit être intégrée dans une installation de cogénération (production de chaleur) au profit des structures locales (entreprises, réseau de chauffage collectif, piscines,…). La bio-méthanisation est intéressante écologiquement lorsqu’elle permet de valoriser des déchets agricoles. Il faut éviter en revanche de produire de la matière organique en ayant la bio-méthanisation comme objectif principal au détriment des cultures agricoles.

Hydro-électricité

Le potentiel de production hydro-électrique est limité dans la Province mais cette option n’est pas à négliger dans la mesure où elle permet le développement de petits projets conjoints entre les coopératives et les pouvoirs publics et que les projets peuvent avoir un caractère touristique intéressant.

Share This